Formation Aromathérapie offerte! télécharge la immédiatement

Douleur cervicale qui remonte dans la tête

comment soigner les douleurs cervicale

Une douleur cervicale peut devenir insupportable et empêcher le patient de réaliser ses tâches quotidiennes. Elle peut être causée par une névralgie d’Arnold ou bien d’autres maladies plus ou moins bénignes. Comment la traiter ?

Douleur cervicale : et si c’était une névralgie d’Arnold ?

La névralgie d’Arnold se manifeste par une douleur intense d’origine nerveuse. Elle est due à la compression du nerf grand occipital plus connu sous le nom de nerf d’Arnold. Ce nerf joue un rôle prépondérant dans la mobilité du cou.

Cette douleur unilatérale est souvent très vive au niveau de la face postérieure de la nuque et remonte jusqu’au sommet du crâne. La névralgie peut être périodique ou continue et s’accompagne également de sensation de brûlure, de picotements, d’engourdissement, de décharge électrique et parfois de vertige.

Lorsque l’individu bouge son cou ou exerce une pression sur le nerf concerné, la douleur s’intensifie. D’autres symptômes peuvent aussi évoquer une névralgie d’Arnold : céphalée, sensibilité du cuir chevelu et sensibilité à la douleur.

Quelles sont les principales causes d’une névralgie d’Arnold ?

La névralgie d’Arnold est une neuropathie périphérique qui peut survenir d’une manière spontanée ou chronique. Plusieurs facteurs peuvent comprimer le nerf d’Arnold. L’arthrose est la cause la plus courante. C’est pourquoi la grande majorité des patients atteints de cette maladie sont des sujets âgés. Les affections risquant de comprimer le nerf d’Arnold peuvent aussi en être l’origine :

  • une chute ou un accident

  • une malformation médullaire

  • une hernie

  • une excroissance osseuse

  • un kyste

  • une tumeur vertébrale

  • une anomalie artérielle

  • un rhumatisme

  • une syringomyélie

  • une fibrose

  • une anomalie congénitale

  • un bruxisme

  • ou un traumatisme.

Quelles sont les autres affections provoquant une douleur cervicale ?

La névralgie d’Arnold n’est pas seulement la seule pathologie pouvant causer une douleur cervicale. D’autres maladies peuvent également favoriser ce type de douleur.

Maux de tête

Les maux de tête ou la céphalée de tension peuvent descendre jusqu’à la nuque et entrainer une douleur cervicale. Ce trouble est accentué par l’anxiété et le stress.

Migraines

Les migraines peuvent impacter grandement sur la qualité de vie des personnes atteintes. Elles se manifestent par des douleurs aux cervicales. Néanmoins, la douleur causée est moins violente par rapport à celle de la névralgie d’Arnold.

Contracture musculaire

Un torticolis ou une contracture musculaire dus à une mauvaise posture ou un effort trop intense peuvent engendrer des douleurs cervicales et des vertiges. Cela est très répandu chez les sportifs.

Hernie cervicale

Une personne atteinte d’une hernie cervicale peut souffrir de céphalée accompagnée de fourmillements qui peut descendre dans les bras.

Qui est propice aux douleurs cervicales ?

Les douleurs cervicales touchent principalement les personnes âgées ainsi que ceux ayant subi un accident de la route ou un traumatisme crânien ou au cou. Toutefois, les maux de tête sont aussi de plus en plus fréquents chez les bureaucrates à cause d’une mauvaise posture, une position assise prolongée ou une mauvaise ergonomie. Cette maladie peut également survenir chez les utilisateurs habituels de téléphones mobiles et de tablettes. Pour finir, la céphalée cervico-génique est omniprésente chez les personnes stressées et anxieuses. Pour prévenir la névralgie d’Arnold, il faut adopter une bonne hygiène de vie, pratiquer une activité physique régulière et bien soigner sa posture au travail.

Qui consulter en cas de douleur cervicale ?

Vous souffrez d’une douleur cervicale ? Il peut s’agir d’une névralgie d’Arnold. Dans ce cas, il est recommandé de consulter un neurologue ou un algologue. Ce sont des spécialistes dans ce domaine. Un examen clinique suffit normalement pour établir un diagnostic. Le praticien sera amené à appuyer sur la zone douloureuse pour confirmer le diagnostic. Des examens supplémentaires peuvent cependant être nécessaires, notamment une imagerie afin de déterminer précisément le conflit.

  • Une Imagerie par résonance magnétique

L’IRM est à prévoir en cas de névralgie d’Arnold pour évaluer l’état des nerfs, des muscles et des ligaments entourant la zone douloureuse.

  • Un scanner ou une radiographie

La radiographie et le scanner sont fortement recommandés pour avoir une vue de face et de profil des conflits.

Quels sont les traitements efficaces pour traiter les douleurs cervicales ?

Il est très important d’identifier la cause de la céphalée cervicale pour déterminer les meilleurs traitements à adopter. Une consultation s’avère d’ailleurs nécessaire que ce soit en cabinet ou en téléconsultation.

Les traitements allopathiques

Plusieurs traitements permettent de venir à bout de la névralgie d’Arnold. A priori, les antalgiques aident à faire disparaitre les douleurs, tandis que les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS soulagent la douleur et réduit l’inflammation en même temps. Si ces traitements ne sont pas suffisants, le médecin peut procéder à une infiltration des corticoïdes. Ce sont des produits anti-inflammatoires très puissants dont l’effet est visible en quelques minutes seulement.

Des infiltrations d’anesthésie peuvent aussi être envisagées avec ou sans corticoïdes. On parle dans ce cas de mésothérapie. L’avantage ? Le résultat est instantané. Le dernier recours est la chirurgie de stimulation du nerf d’Arnold assurée par un praticien spécialisé en neurochirurgie fonctionnelle. Le principe consiste à utiliser des électrodes spécifiques afin de calmer les douleurs.

Les traitements complémentaires

Si la douleur cervicale provient d’une hernie cervicale, le port d’une minerve peut être nécessaire pour apaiser les douleurs. Il faut cependant être patient, car la guérison est lente. Il faut prévoir entre 4 à 6 semaines. En cas d’arthrose, il est essentiel de traiter la maladie en consultant un rhumatologue.

La physiothérapie

La physiothérapie est très efficace pour traiter et prévenir la céphalée cervico-génique. Selon les symptômes, le physiothérapeute sera en mesure d’orienter le patient vers le professionnel de santé le plus adapté. En même temps, il fournit des conseils personnalisés pour améliorer l’état de santé de ce dernier que ce soit au niveau des habitudes de vie ou de la posture qu’il adopte au bureau. Pour soigner le patient, le praticien réalise également des manipulations articulaires : des techniques de relâchement musculaire, des manipulations d’aiguilles, des exercices de mobilité…

La kinésithérapie et l’ostéopathie

La médecine douce aide à apaiser les symptômes d’une névralgie d’Arnold. Pour cela, le kinésithérapeute réalise des massages et des mobilisations spécifiques pour améliorer l’état général du patient. Vous pouvez également aller voir un ostéopathe. Celui-ci pratique une approche globale dans le but de faire disparaitre les symptômes rapidement. En tout cas, ces deux méthodes ne présentent aucun danger. Le seul bémol ? Dans la plupart du temps, une séance ne suffit pas.

La chiropractie

La chiropractie consiste à manipuler la colonne vertébrale pour soulager le patient. Pour un résultat optimal, il faut consulter un médecin compétent et qualifié. Attention ! Cette pratique est contre-indiquée aux patients atteints de maladies vasculaires et neurologiques.

Existe-t-il des traitements naturels ?

Bien sûr, il existe de nombreux traitements naturels permettant de soigner les douleurs cervicales.

Manger des aliments anti-inflammatoires

Les effets secondaires des médicaments sont multiples. Par conséquent, autant que possible, il vaut mieux utiliser des remèdes de grand-mère réputés pour leurs vertus anti-inflammatoires : curcumine, oméga 3, romarin, gingembre ou ginkgo biloba.

Selon la forme achetée, vous pouvez prendre les produits en tant que compléments alimentaires ou sous forme d’infusion. Dans tous les cas, il est conseillé de choisir un produit bio dépourvu de substances nocives pouvant nuire à la santé.

Réaliser un massage doux

Vous pouvez également masser la région cervicale à l’aide d’une huile essentielle de gaulthérie mélangée avec une huile végétale pour calmer les tensions et les douleurs. Pour ce faire, massez du haut vers le bas tout en exerçant des points de pression sur les zones douloureuses.

Utiliser le chaud

En cas de douleur intense, appliquez du chaud sur la région cervicale. L’idéale, c’est de vous munir d’une bouillotte et de l’entourer d’un linge que vous allez placer sur votre nuque pendant environ 30 minutes.

Faire des étirements

Il existe quelques étirements recommandés pour détendre les muscles du cou. Si possible, pratiquez ces mouvements spécifiques 2 fois par jour. Pour les maîtriser, il ne faut pas hésiter à visualiser les programmes de renforcement des cervicales en ligne afin d’éviter les faux mouvements qui pourraient être dangereux.

Alterner repos et marche

Lorsque la douleur est trop intense, prenez un repos bien mérité pour faire disparaitre les symptômes. Dans la journée, marchez pendant 15 minutes au minimum 3 à 4 fois par jour. C’est d’ailleurs bénéfique pour votre santé générale. Vous pouvez aussi faire du footing, du vélo ou du cardio léger. Par contre, les sports intensifs et le port de charges lourdes sont à bannir.

Évacuer le stress

Pour évacuer le stress qui est souvent lié à la névralgie du nerf d’Arnold, vous pouvez vous tourner vers les techniques de relaxation comme le yoga, la méditation ou la relaxation respiratoire.

Enfin, certaines médecines alternatives permettent de soulager la céphalée. C’est par exemple le cas de l’acupuncture, la phytothérapie et la naturopathie.

Comment bien dormir pendant les épisodes douloureux ?

Les maux de tête peuvent être source d’insomnie. Ainsi, pour bien dormir, il est conseillé d’éviter de comprimer le nerf d’Arnold situé à la base de la tête. La position sur le dos est à privilégier, car c’est la plus confortable. Toutefois, la tête ne doit pas être alignée avec le corps. Voilà pourquoi il est plus judicieux d’utiliser un oreiller de qualité garantissant un bon soutien du cou. Quoique les oreillers trop épais ne sont pas recommandés. Quoi qu’il en soit, pour trouver la bonne position, testez différentes options.

Article recommandé : La sophrologie pour mieux dormir

Influence Santé, le magazine qui vous aide à reprendre votre santé en mains, tous nos conseils en Naturopathie, Réflexologie, Phytothérapie, alimentation....