Formation Aromathérapie offerte! télécharge la immédiatement

Comment soigner naturellement un kyste poplité ?

kyste poplité comment le soigner

Comment soigner naturellement un kyste poplité ? C’est la question à laquelle nous allons répondre au travers de cet article.
Le kyste poplité est souvent lié à une maladie articulaire du genou. Il se caractérise visuellement comme une boule disgracieuse. Cette affection courante touche autant les enfants que les adultes. La plupart du temps, le kyste de Baker est de petite taille et n’occasionne aucune douleur.

Cependant lorsqu’il devient plus imposant, le kyste poplité provoque une gêne importante et une altération de la mobilité du genou. Cette masse peut évoluer favorablement en se résorbant de manière autonome ou bien nécessiter un traitement médical. Généralement, la prise en charge thérapeutique repose sur la ponction et l’injection de cortisone. Des traitements naturels existent pour traiter un kyste poplité. Découvrez nos recettes « home-made ».

 

Un kyste poplité, qu’est-ce que c’est ? Comment soigner naturellement un kyste poplité ?

Le kyste poplité correspond à une masse dans la face creuse du genou. Cette masse contient essentiellement du liquide synovial en forte quantité dû à un épanchement au niveau de l’articulation.

L’articulation synovial du genou est entourée d’une enveloppe tissulaire appelée la capsule articulaire. Celle-ci à pour fonction d’apporter les nutriments essentiels à l’articulation et d’assurer sa lubrification et sa protection. Dans le cas d’un traumatisme, d’une pathologie inflammatoire ou d’une affection dégénérative, la membrane synoviale peut sécréter une quantité importante de liquide. Cette surproduction de fluide entraîne une accumulation anormale dans la cavité de la face postéro-interne du genou. Le kyste poplité s’installe entre le muscle semi-membraneux (muscle de la cuisse) et le chef médial du muscle gastrocnémien (mollet).

Chez l’enfant, le kyste de Baker se développe entre 4 et 7 ans et apparaît simultanément sur la face postéro-interne des deux genoux. Chez l’adulte, la masse est plus fréquente entre 35 et 70 ans avec une prévalence à 50 ans et se développe seulement d’un seul côté du genou.

Le kyste poplité est une affection courante en rhumatologie. Il est généralement sans incidence grave et son diagnostic est facile à poser.

Comment soigner un kyste poplité naturellement

Quels sont les symptômes ?

Lorsqu’il est de petite taille, le kyste de Baker est asymptomatique, mais lorsque l’épanchement devient trop important celui-ci provoque une incommodité, la douleur causé par le kyste poplité s’identifie par :

  • Une boule à la palpation située sur la face arrière du genou ;
  • La masse est douloureuse et gêne pour la flexion de la jambe (marche, accroupissement…) ;
  • Une sensation d’étirement ou de tension ;
  • Une inflammation ;
  • Un gonflement au niveau de l’articulation et qui se dissipe au repos.

Dans le cas de complications, le kyste poplité peut provoquer :

  • Une dissection qui correspond à la division en deux parties du kyste. On observe généralement des douleurs, un œdème et un érythème.
  • Une rupture indiquant une fissure du kyste. Les symptômes sont semblables à une thrombose veineuse profonde (tuméfaction, rougeur…).
  • Un syndrome des loges se caractérise par l’augmentation de la pression à l’intérieur du genou. Ce symptôme provoque une tension, des crampes et une perte de sensibilité au niveau de la face plantaire.
  • Une compression nerveuse provoque un déficit moteur, une douleur au niveau du mollet et du pied et une atrophie du muscle triceps sural.
  • Une compression artérielle se définit par une claudification (difficulté à la marche et disparaît au repos) et par l’absence de pouls distaux.

 

Quelles sont les causes ?

Chez l’enfant, la kyste poplité est causé principalement par un mécanisme de frottement « siège de classe », par un traumatisme (chute, coups…) ou par une pathologie comme le syndrome d’Ehlers-Danlos, la ostéochondrite disséquante, l’arthrite rhumatoïde juvénile, la spondylarthrite, le psoriasis ou bien encore le lupus.

Chez l’adulte, le kyste de Baker est provoqué par une pathologie articulaire comme la gonarthrose (arthrose du genou), l’arthrite, la polyarthrite rhumatoïde ou bien l’hydarthrose.

 

Quels sont les traitements naturels pour soigner un kyste poplité ?

 

L’harpagophytum

Cette plante détient des propriétés anti-inflammatoires et antalgiques. Elle est recommandée dans le traitement des affections articulo-musculaires (arthrite, arthrose…). Elle permet de soulager la douleur et la sensation de tension au niveau du genou et de restaurer la souplesse et la mobilité de celui-ci. Sa vertu anti-infectieuse aide à prévenir le développement d’une infection en cas de rupture ou de dissection du kyste poplité. L’harpagophytum améliore la circulation sanguine et favorise la réduction des œdèmes.

Posologie : versez 1 cuillère à café de poudre d’harpagophytum dans une tasse d’eau bouillante et laissez infuser 10 minutes. Vous pouvez retrouver cette plante sous forme de gélule. La prise recommandée est de 3 à 4 gélules par jour et le traitement doit être appliqué pendant un mois. Attention, cette plante ne doit pas être utilisée chez les enfants de moins de 18 ans.

 

L’alimentation

Dans la prise en charge d’un kyste poplité, il est conseillé d’adopter une alimentation anti-inflammatoire. Les légumes verts, les fruits secs, les poissons gras, les fruits rouges et les agrumes doivent être inclus dans la cure alimentaire. La friture, le sucre raffiné, les sodas et la viande rouge sont à proscrire.

 

L’huile essentielle de lentisque pistachier

Riche en alpha-pinène, l’huile essentielle de lentisque pistachier détient des propriétés drainantes et décongestionnantes. Elle favorise la circulation et aide à rééquilibrer la production des fluides corporels. Elle lutte efficacement contre l’accumulation du liquide synovial et contribue à résorber le kyste poplité.

Posologie : versez 2 gouttes d’huile essentielle de lentisque pistachier dans une cuillère à café d’huile d’olive et appliquez en effleurage doux sur le kyste. Le massage ne doit pas exercer de pression sur la peau afin d’éviter une rupture du kyste.

 

Une compresse chaude à la mauve

La mauve favorise la régénération cellulaire et la cicatrisation. Sa propriété asséchante aide à la résorption du kyste en maintenant l’hydratation de la peau. La compresse d’eau chaude va permettre de favoriser le drainage lymphatique en augmentant le débit sanguin. La chaleur aide également à la relaxation et au relâchement musculaire.

Posologie : faites chauffer 3 cuillères à soupe de fleurs séchées dans 1 l d’eau chaude puis faites tremper une compresse ou un linge fin dans cette préparation. Appliquez en cataplasme sur le kyste. Renouveler l’opération 3 à 4 fois par jour.

L’apparition d’un kyste doit toujours faire l’objet d’un examen médical afin de déterminer son origine. Ces solutions naturelles sont données à titre informatif. Avant toute utilisation, il est conseillé d’obtenir l’avis de son médecin traitant et d’effectuer un test allergène.

 

Les cataplasme d’argile verte

L’argile verte est un remède naturel souvent plébiscité par des médecins. Il est d’une grande utilité dans la prise en charge du kyste synovial. En effet, il est riche en silicates et possède des propriétés absorbantes. Il permet de drainer les liquides et certaines toxines hors du corps.

Posologie : Plusieurs usages sont possibles, vous pouvez boire de l’eau d’argile ou du lait d’argile. Mais le plus efficace pour traiter le kyste synovial est le cataplasme. Pour y parvenir, il vous suffit de mélanger de la poudre de cette terre dans un récipient non métallique, avec de l’eau. Ensuite, faites une pâte lisse, mais pas trop liquide. Notez qu’il ne faut pas qu’elle coule.

Enfin, appliquez la pâte obtenue sur l’articulation touchée, cela doit durer au minimum 30 minutes. Il est préférable de le laisser le plus longtemps possible. Il est donc recommandé d’effectuer plusieurs cataplasmes à différents moments de la journée que de garder qu’un seul pendant toute la journée.

Traiter le kyste synovial avec l’aloe vera

L’aloe vera est un des remèdes recommandés pour bien des maux articulaires de la vie quotidienne. De par ses vertus, elle est aussi bénéfique dans le traitement du kyste synovial. Un grand nombre de ses propriétés aident à lutter contre le kyste synovial. L’aloe vera a non seulement des capacités anti-inflammatoires, il est aussi un analgésique. Il fait bon ménage avec les huiles essentielles ou au cataplasme d’argile. Afin de lutter contre le kyste synovial au niveau des genoux. Il favorise également la régénération des tissus abîmés.

Posologie : Il est souvent utilisé par voie cutanée. Vous pouvez donc utiliser le gel d’aloe vera pour lutter contre le kyste en application cutanée.

Traitement par les plantes drainantes

Plusieurs plantes possèdent des capacités de drainage qui peuvent vous aider à diminuer le volume du kyste poplité. Parmi celles-ci il existe 4 plantes très efficaces. D’abord, vous pouvez utiliser le pissenlit en infusion pour traiter le kyste poplité. Il agit de façon détoxifiante et assure l’élimination des déchets liquidiens. Ensuite, il est aussi possible d’utiliser la bardane, elle a des propriétés dépurative et antibiotique. Une autre plante qui a les mêmes vertus que la bardane c’est l’oseille crépue. Enfin le thé noir c’est un anti-inflammatoire et un antidouleur. Ces plantes peuvent soulager l’arthrose de hanche, du tibia, du ligament, et du tendon.

Il est donc conseillé de consommer ces plantes en infusion, 1 à 3 tasses par jour, en les faisant infuser dans l’eau bouillante pendant environ 5 à 10 minutes.

Traitement par immobilisation afin de limiter la croissance du kyste synovial

Le premier geste à effectuer pour prévenir la croissance du kyste synovial est de mettre l’articulation au repos. En effet, l’excès de mobilisation de l’articulation touchée augmente la taille du kyste. Cela dit, en mettant la partie concernée au repos, vous préviendrez aussi l’aggravation du kyste synoviale.

De même, cela peut aider aussi à sa résorption ! En étant prudent et faisant bien attention, vous pouvez donc soulager rapidement votre douleur.

L’application de froid sur la partie concernée

Le froid est un bon allié pour lutter contre le kyste synovial, il agit donc par deux mécanismes. D’abord, il diminue la douleur en inhibant les récepteurs sensoriels. Ensuite, il permet de diminuer le gonflement ! En effet, pour lutter contre le kyste poplité, le froid agit sur les vaisseaux sanguins et plus précisément sur le drainage veine-lymphatique. Il agit donc comme des anti-inflammatoires contre ce traumatisme.

Pour son usage, vous pouvez utiliser une poche de glace. Il est aussi agréable d’utiliser un paquet de surgelés que vous devez emballer dans un tissu propre. Ensuite, l’appliquer sur la partie de l’arthrite pendant au moins 20 minutes. Il est conseillé de répéter cette opération deux à trois fois par jour.

Soigner un kyste poplité avec le baume du tigre

Nous recevons de nombreux messages pour nous demander si l’utilisation du baume du tigre était recommandé ou bénéfique pour soigner une kyste poplité, cette pommade miraculeuse a de nombreux bienfaits mais nous préconisons d’appliquer en premier les conseils évoqués plus haut dans cet article.

Traitement homéopathique : comment ça marche ?

L’homéopathie est un traitement non conventionnel qui permet de soigner le kyste poplité aux moyens de remèdes naturels. Les produits existent sous différentes formes : huiles essentielles, comprimées, sirop, gélules, baumes… Il y en a pour tous les goûts et pour tous les besoins.

L’arnica par exemple est très efficace pour réduire les symptômes du kyste comme les douleurs, la raideur du genou ou la tension au niveau des membres inférieurs. Il possède en effet une propriété analgésique et anti-inflammatoire. Vous pouvez prendre les comprimés par voie orale ou appliquer directement sur la zone atteinte une crème ou un gel à base d’arnica.

L’huile essentielle d’eucalyptus citronné peut également favoriser la guérison et limiter les dégâts. Elle est connue pour ses propriétés anti-rhumatismales et anti-inflammatoires. On peut aussi s’en servir pour renforcer l’articulation fragilisée par la pathologie. Item, il y a l’huile essentielle de menthe poivrée qui agit efficacement contre la douleur. Elle possède des vertus antalgiques et anti-inflammatoires. L’idéal, c’est de verser quelques gouttes dans un macérât d’huile d’arnica pour un effet optimal.

Comment diagnostiquer le kyste poplité ?

Le diagnostic du kyste poplité est effectué par un examen clinique. Dans ce cas, le médecin sera amené à palper le gonflement à l’arrière du genou ou du mollet et à poser des questions spécifiques à la personne sur les symptômes. En faisant un bilan de l’articulation, il peut trouver de manière rapide la cause et les traitements du gonflement.

Néanmoins, la plupart des praticiens exigent une échographie ou une IRM que l’on appelle également imagerie par résonnance magnétique pour confirmer la pathologie. L’IRM permet de visualiser le lien entre le kyste et l’articulation et de détecter éventuellement une thrombose veineuse profonde, un anévrisme artériel, des varices ou des tumeurs.

Sinon, il est possible de recourir à une radiographie standard accompagnée d’une échographie pour vérifier si la poche n’est pas associée à une pathologie articulaire. Cela permet aussi d’écarter d’autres affections graves pouvant toucher le genou suite à un traumatisme ou un choc.

Quel traitement médical pour le kyste poplité ?

Si les traitements naturels utilisés pour soigner le kyste poplité n’ont pas été efficaces, il faudrait recourir aux traitements médicaux pour s’en débarrasser pour de bon. Toutefois, les traitements diffèrent selon l’âge du patient. En effet, chez l’enfant entre 3 à 10 ans, ce phénomène disparait naturellement sans aucun traitement. Chez l’adulte, le médecin doit déterminer la cause avant de prescrire un traitement adapté : méniscale, synoviale, cartilagineuse ou articulaire.

La ponction du kyste poplité

En cas de récidive, la ponction est un traitement très efficace pour améliorer le kyste. Cette méthode nécessite cependant l’utilisation de matériels spécifiques : une aiguille de gros calibre et une seringue dédiée. Dans ce cas, le médecin extrait un liquide filant ou un liquide gélatineux à l’intérieur de la poche. Si l’intervention est réussie, le kyste disparait spontanément, définitivement ou temporairement.

La méthode des injections

Afin d’accélérer la disparition du kyste, le praticien associe souvent la ponction avec une injection de produits cortisonés à l’instar des produits fluorés ou des produits classiques. Toutefois, le nombre d’injections doit être limité à 3 au maximum pour éviter l’apparition d’une névrose cutanée ainsi que pour minimiser les risques infectieux ou les risques cutanés. Dans le cas où l’origine de la maladie est la polyarthrite rhumatoïde ou l’arthrose, il est possible de recourir à une arthrocentèse. Quoi qu’il en soit, en cas d’échec, l’opération peut être renouvelée après 2 à 4 semaines.

Les séances de kinésithérapie

Elles sont nécessaires pour récupérer rapidement après une intervention. La séance a aussi un rôle antalgique. Les méthodes utilisées par le praticien peuvent varier selon l’état du patient. Il peut s’agir par exemple d’étirements, d’exercices de mobilité, d’utilisation de la chaleur…

La rééducation postopératoire chez le kinésithérapeute ou dans un centre de rééducation est également incontournable en cas d’arthroplastie par prothèse totale du genou. L’objectif est de redonner les mobilités articulaires normales. En suivant à la lettre les recommandations du praticien, la personne peut gagner en autonomie rapidement et remarcher sans béquille. Pour que les séances se déroulent dans les meilleures conditions, choisissez un kinésithérapeute avec qui le courant passe.

 

Kyste poplité : l’ostéopathie est-elle efficace ?

L’ostéopathie est une médecine douce qui permet de soigner naturellement le kyste poplité et de soulager les affections. En effet, grâce à cette technique, il est possible de minimiser les risques de récidives en prenant en charge immédiatement les traumatismes du genou. L’ostéopathe a pour mission de diagnostiquer les causes pour traiter efficacement l’effet secondaire.

Dès que vous constatez la présence d’une petite boule indolore au niveau du creux du genou, il est plus judicieux de consulter rapidement un ostéopathe dans l’urgence afin de prévenir les complications comme les difficultés à marcher ou à pratiquer des activités physiques. Il a pour rôle d’assurer le bon fonctionnement des articulations afin que le patient puisse retrouver l’équilibre fonctionnel de son genou. Le nombre de séances varie selon l’état du patient ainsi que des résultats obtenus. Mais au minimum, il faut prévoir 3 séances.

Lorsque le volume du kyste est plus important, le praticien est souvent amené à utiliser des méthodes qui permettent de relâcher les points de compression dans le but d’aider le patient à retrouver les fonctions de ses membres. Les techniques utilisées vont dépendre essentiellement de l’état du genou. Voilà pourquoi au cours de la première séance, d’abord il teste les articulations et tout le système musculaire pour connaitre les structures qui sont mises à mal. S’il constate des dysfonctionnements, il va essayer de rééquilibrer l’ensemble du système musculaire.

En tout cas, il est très important de choisir un ostéopathe qualifié et compétent si vous recherchez un résultat rapide et pérenne. En effet, tous les professionnels dans ce secteur ne se valent pas. Donc, prenez le temps de vous renseigner sur les différents intervenants avant de faire un choix.

Attention ! Si le kyste est déjà rompu, il faudrait consulter un médecin pour déterminer la cause et suivre un traitement approprié.

Kyste poplité : quand envisager une opération ?

L’intervention chirurgicale ne doit être envisagée que lorsque le kyste est invalidant et résiste aux différents traitements cités ci-dessus, car elle favorise les récidives. Elle est aussi indiquée si la boule comprime l’artère ou les nerfs avoisinants ou si la douleur est persistante. Le principe consiste à effectuer une ablation du kyste avec la poche.

Il existe deux types d’intervention :

  • L’incision du kyste : le praticien retire en totalité le kyste

  • La chirurgie mini-invasive : c’est ce qu’on appelle l’arthroscopie.

L’opération est réalisée en ambulatoire sous anesthésie locorégionale. Généralement, aucune immobilisation n’est nécessaire en post opératoire. Il faut cependant noter que le taux de récidive est élevé, pouvant aller jusqu’à 15 %.

Quels sont les bons gestes à adopter ?

De temps en temps, il est conseillé de faire des étirements doux afin de soulager les symptômes. Les activités physiques ne sont pas à proscrire dans la mesure où le stade de la maladie vous le permet encore. On tient cependant à noter qu’après une chirurgie, il faut attendre la cicatrisation complète avant de reprendre le sport.

Le bandage peut aussi être nécessaire pour réduire le gonflement et soutenir l’articulation. Bien qu’il faut éviter de compresser la circulation sanguine. Sinon, surélevez la jambe pour réduire les dilatations. Pendant le sommeil, essayez de maintenir cette position. L’utilisation de plusieurs oreillers peut vous faciliter la tâche.

L’obésité et la prise de poids peuvent aussi occasionner une pression importante sur le genou et favoriser les récidives. Il est donc plus que nécessaire de maigrir pour limiter les risques. Il est alors essentiel d’adopter une alimentation saine et équilibrée afin de garder un poids raisonnable.

Dans le cas d’une arthrite associée au kyste, le médecin recommande le plus souvent de suivre le protocole glace, repos, élévation et compression pour calmer la douleur et réduire le gonflement de l’articulation. La prise des anti-inflammatoires peut aussi s’avérer indispensable si les douleurs sont insupportables. Et dans certains cas, il peut conseiller de réduire l’activité physique jusqu’à la disparition totale de la poche.

Quelles sont les complications du kyste poplité ?

La rupture du kyste est la complication la plus redoutée. Elle engendre une douleur souvent insupportable au niveau de la face postérieure du genou et du mollet et s’accompagne d’une tuméfaction. On parle alors de thrombose accompagnée d’une phlébite ou thrombophlébite surale. Pour diagnostiquer l’évolution de la maladie, il faudrait réaliser un doppler ou une analyse en IRM. Au fil du temps, le kyste poplité peut aussi grossir et devient compressif.

Après une intervention chirurgicale, même si l’opération est moins invasive, il y a quelques risques qu’il ne faut pas écarter :

  • Un hématome au genou : c’est ce qu’on appelle hémarthrose. Cette complication nécessite une seconde chirurgie notamment si elle est douloureuse et volumineuse

  • Une phlébite postopératoire : des douleurs plus ou moins intenses persistent au niveau du mollet et peuvent s’accompagner d’un gonflement de la cheville. Un traitement anticoagulant est donc incontournable dans ce cas

  • Un épanchement sur le genou : la prise d’un traitement anti-inflammatoire est indiquée pour guérir le genou. Un repos total peut aussi être recommandé par le médecin traitant pour récupérer rapidement

  • Une infection de l’articulation : c’est un cas plutôt rare qui requiert le plus souvent une nouvelle intervention chirurgicale avec un traitement antibiothérapie

  • Ainsi qu’une raideur du genou : pour retrouver la mobilité du genou, une arthrolyse peut être indispensable.

En tout cas, si vous constatez des anomalies, il est recommandé de consulter votre chirurgien sans trop attendre afin de bénéficier d’une prise en charge immédiat.

 

Le kyste poplité chez l’enfant : comment le reconnaitre ?

Chez l’enfant, la présence d’une poche derrière le genou n’indique aucune gravité. Cela peut survenir d’une manière isolée, ce qui n’est pas toujours le cas chez l’adulte. Dès qu’une tuméfaction apparait en arrière ou en dedans du genou, il peut s’agir d’un kyste poplité. Une échographie sera suffisante pour confirmer les propos du médecin traitant.

L’évolution naturelle chez l’enfant ne présente aucun danger. Bien sûr, au fil du temps, le kyste peut prendre du volume et peut devenir gênant. Quoique cela diminue progressivement. Il ne faut donc pas vous affoler si la poche change d’aspect, c’est tout à fait normal. Le petit peut continuer ses activités sportives sans limitation. Normalement, au bout de quelques années, le kyste disparait spontanément sans aucun traitement sauf dans des cas rares.

Au bout de combien de temps le kyste poplité se résorbe ?

Le kyste poplité disparaît spontanément lorsqu’il est directement traité dès ses débuts ou lorsque la gêne est dans sa forme légère. En effet, la durée pour la résorption du kyste synoviale dépend de l’âge, de sa taille, de sa cause et du traitement adopté.

Ainsi, pour une grosseur asymptomatique la résorption s’effectue en quelques semaines sauf s’il existe un facteur pathologique sérieux empêchant la guérison. Pour un traitement par ponction associé à des injections de corticoïdes, la tuméfaction ne s’anéantit pas, mais les symptômes s’estompent pour une durée continue après 1 ou 2 mois. Il est important de savoir que les injections de cortisone sont administrées au plus de 2 à 3 fois par année.

*Ces informations sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. il est fortement recommandé aux lecteurs de consulter des professionnels de santé avant tout traitement.

Voici un exercice pour vous soulager également:

 

formation gratuite aromathérapie

Influence Santé
Influence Santé, le magazine qui vous aide à reprendre votre santé en mains, tous nos conseils en Naturopathie, Réflexologie, Phytothérapie, alimentation....