Formation Aromathérapie offerte! télécharge la immédiatement

La ménopause, on en parle ?

la ménopause conseil

Je m’appelle Jane, je suis rédactrice santé chez Influence Santé. Je vous parle assez souvent de la naturopathie, de la sophrologie, des soins par les plantes et bien d’autres. Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de moi ou plutôt de ce que je vis en ce moment « La Ménopause ». C’est un sujet un peu délicat, mais qui mérite un peu qu’on en parle. En effet, pendant cette période, la plupart des femmes vivent des moments difficiles. J’ai écrit spécialement ce témoignage afin de vous expliquer en détail ce que j’ai vécu afin de vous remonter le moral.

La ménopause : aucune d’entre nous ne peut y échapper

La ménopause est une période de transition par laquelle on doit toutes passer. C’est un passage obligé, comme la chevelure blanche et les rides. Après la ménopause, je n’ai plus eu mes règles et les médecins m’ont expliqué que je ne pourrais plus avoir d’enfants (ça tombe bien, je n’ai plus la force pour les nuits blanches, les biberons… Et puis j’ai déjà 3 enfants, c’est largement suffisant !). Il y a un temps pour tout, maintenant je vais prendre du temps pour moi.

En général, la ménopause survient entre 40 et 55 ans. Pour moi, la période de transition a commencé lorsque l’anniversaire de mes 50 ans était proche. Je redoutais vraiment ce moment, car je n’ai pas du tout aimé les rumeurs que j’ai entendues sur la ménopause. Et j’avais peur de ne plus être à la hauteur des attentes de mon mari. Je ne vais pas me mentir à moi-même : je ne suis plus aussi belle qu’au premier jour de notre rencontre. Mais je fais le nécessaire pour m’entretenir. C’est une petite parenthèses, mais revenons dans le vif du sujet.

Les symptômes de la ménopause

La ménopause est un processus de vieillissement normal. Elle est synonyme de perte de fertilité et d’arrêt définitif des règles. Le plus grand inconvénient est que les effets agissent sur tout notre organisme : peau, organes génitaux… Je vous explique. Ce phénomène entraîne un bouleversement hormonal pouvant causer des troubles divers.

Sur internet, j’ai lu de nombreux articles sur la ménopause et sur les symptômes pouvant survenir et les degrés de sévérité qui peuvent varier selon la personne. J’ai tout de suite eu peur d’arriver à ce stade de ma vie. Toutefois, dans certains magazines, j’ai trouvé des témoignages de femmes ménopausées qui n’ont pas connu ces désagréments. Ce qui m’a beaucoup réconforté.

Mes médecins m’ont expliqué que la période de transition, dite péri-ménopause, s’étend normalement sur plusieurs années, allant de 1 à 8 ans. Ce que j’ai vécu, je veux le partager avec vous afin que vous puissiez vous préparer physiquement et mentalement. Au début, mes règles sont devenues irrégulières et j’ai pris quelques kilos. Puis, mes seins sont devenus douloureux et je suis devenue très irritable pour un rien. Ces symptômes s’accompagnaient quelquefois de bouffées de chaleur. Je paniquais et j’ai imaginé toutes sortes de scénarios dans ma tête. Ces signes m’ont alarmé et m’ont incité à consulter rapidement.

Cependant, les propos du médecin m’ont rassuré. Il m’a même dit que j’étais chanceuse, car d’autres femmes vivent mal cette transition. D’autres désagréments peuvent apparaitre comme des frissons, des palpitations, de l’anxiété, de la transpiration, des sueurs nocturnes, des insomnies, des troubles génito-urinaires et bien d’autres encore. Les douleurs articulaires sont aussi très courantes et peuvent survenir plusieurs fois dans la journée, ce qui nuit vraiment à la qualité de vie des femmes.

L’arrêt définitif des règles : une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

Après la survenue de ces différents symptômes, les ovaires arrêtent de fabriquer des œstrogènes. Normalement, la ménopause est confirmée après 12 mois sans saignement. Dans mon cas, les symptômes de la pré-ménopause ont duré environ 17 mois. Je me suis mise en tête : je ne serais plus féconde, donc je n’aurais plus à prendre la pilule. De plus, je vais faire des économies non négligeables puisque je n’aurais plus à acheter des paquets de serviettes hygiéniques et des tampons tous les mois. En somme, j’essayais de voir les choses du bon côté pour ne pas déprimer. Le truc bizarre qui m’est arrivé plusieurs fois les premiers mois, c’est de rêver d’avoir mes règles ! Cette période du mois a été un calvaire toute ma vie et maintenant que c’est fini, j’en rêve…. c’est bizarre non. Je me suis renseigné et apparemment c’est assez courant de rêver d’avoir ses règles quand on est ménopausée.

Je vais vous dire une chose : mon tempérament a été secoué par l’arrivée de la ménopause. Je souffrais de trouble d’émotivité, je devenais paranoïaque et la moindre chose me faisait pleurer. On dirait que je n’étais plus moi-même. Heureusement, mes proches m’ont beaucoup soutenu. Et peu à peu, j’ai retrouvé la joie de vivre.

La post-ménopause : le début et la fin de mes tracas

On parle de post-ménopause un an après l’arrêt définitif des menstruations. D’autres désagréments peuvent survenir pendant cette période. Moi, je souffre au niveau du genou et des coudes. On m’a diagnostiqué une arthrose. C’est une maladie qui ne se guérit pas. Il faut juste savoir vivre avec et adopter un mode de vie plus sain pour minimiser les impacts sur l’organisme et apaiser les douleurs.

J’ai aussi ressenti une sécheresse vaginale très fréquente qui a entraîné par la suite une perte de la libido. Là, c’est un autre sujet qu’il faudrait vraiment aborder, car les conséquences sont désastreuses dans un couple. Par chance mon mari est très compréhensif et m’a encouragé à consulter un spécialiste (un gynécologue) pour trouver une solution à cette situation. D’ailleurs, je ne peux pas le laisser sur sa faim longtemps, il risque d’aller voir ailleurs. En tout cas, j’étais loin de m’imaginer que la ménopause allait bouleverser ma vie de cette manière. Il faut donc que je me reprenne en main, sinon je vais perdre l’homme de ma vie. J’ai alors décidé de dédramatiser la situation : toutes les femmes passent par là, alors pourquoi pas moi ?

Les compléments alimentaires : pour aider son organisme à retrouver son équilibre

La post-ménopause est une nouvelle étape de la vie des femmes. C’est le début d’une nouvelle aventure. Donc, il faut positiver. Pendant cette période, les carences sont très fréquentes. Pourtant, les effets sont néfastes pour l’organisme. Pour une ménopause épanouie, j’ai pris des compléments alimentaires à base de phytohormones. Ils permettent de pallier la baisse de progestérone et agissent sur le déséquilibre en diminuant les tensions mammaires et les douleurs pelviennes. Bien sûr, j’ai demandé l’avis d’un médecin avant d’en prendre pour écarter tout risque sur la santé.

J’ai aussi remarqué qu’après la ménopause, je prends du poids facilement. J’ai donc arrêté de manger à ma faim. Pour garder une silhouette parfaite, j’ai décidé d’établir un programme alimentaire personnalisé. De ce fait, j’ai changé ce que j’ai mis dans mon assiette. J’ai donc demandé conseil à professionnel de la nutrition. Je suis maintenant un régime sain et équilibré et parfaitement adapté à mon âge.

Pour réduire les symptômes de la ménopause, les professionnels de santé m’ont également recommandé de manger des aliments riches en oméga 3 afin de réduire les bouffées de chaleur et d’ajouter du safran dans mes plats. C’est un dépresseur léger agissant efficacement sur l’humeur. En cas de doute, il est plus judicieux de prendre des compléments alimentaires pour combler les carences. J’ai suivi une cure de plusieurs mois et le résultat est plutôt satisfaisant.

Les activités physiques à privilégier après la ménopause

Le sport aide à mieux faire face aux changements post-ménopause. D’ailleurs, c’est bon pour la santé, mais aussi pour le moral. Je pratique de la natation une fois par semaine et je fais du jogging avec mon mari et depuis peu, je me suis mise au yoga. Cela me permet de m’épanouir et de me maintenir en forme malgré l’âge qui passe très vite. Lorsque mon emploi du temps est chargé, je fais plutôt de la corde à sauter dans mon jardin. Au moins, il faut brûler des calories. Je fais le maximum pour ne pas prendre du poids.

Certes, je n’ai plus la même force qu’il y a 10 ans. Mais au moins, je suis bien motivée et je m’assume. À la maison, je m’occupe souvent en faisant du jardinage avec ma cadette le dimanche. C’est un bon moment de partage. Cela m’a permis de vaincre mes sautes d’humeur.

sport menopause

Les soins de la peau après la ménopause : quelle routine adopter ?

La peau est aussi affectée par la ménopause. À mon regret, mon épiderme est devenu plus sec et mon corps moins tonique. De la sorte, j’ai continué à prendre soin de moi en changeant ma routine de soin. J’ai même exagéré de temps en temps. À vrai dire, je n’ai pas supporté la présence de ces plis sur mon corps. J’ai donc décidé d’induire ma peau de crème hydratante deux fois par jour (matin et soir) afin de lui donner du tonus et d’améliorer son aspect.

Pour la peau du visage, je préfère utiliser des produits à base d’acide hyaluronique. Il parait qu’ils sont très efficaces pour retarder le vieillissement cutané. Avant l’application de la crème de jour et de nuit, je mets d’abord du sérum repulpant pour une hydratation optimale. Mon esthéticienne m’a aussi conseillé de boire beaucoup d’eau (au moins 2 litres par jour) et de réaliser une exfoliation au moins deux fois par semaine. Cela permet de stimuler la régénération cellulaire. Quoi qu’il en soit, cela a beaucoup affecté mon budget, mais si cela me permet de me sentir encore belle et séduisante, cela en vaut vraiment la peine.

Côté maquillage, j’ai opté pour le nude pour ne pas attirer l’attention. Pour camoufler les imperfections du visage, je préfère utiliser un correcteur. L’effet est bluffant ! Dans tous les cas, je ne sors jamais sans protection solaire, les UV accélèrent le vieillissement cutané. Et pour ne pas mettre en avant mes rides, j’évite les maquillages trop visibles et les teints qui rendent ma peau plus terne.

Mes proches : ils m’ont beaucoup aidé

Malgré tout ce que j’ai vécu, j’ai eu vraiment beaucoup de chance d’avoir une famille comme la mienne. J’ai été entourée de tous ceux qui me tiennent à cœur tout au long de cette phase difficile. Mon mari, il a vraiment été adorable. Il m’a invité à sortir et à reprendre le sport. D’ailleurs, jusqu’à présent, c’est devenu une routine pour nous.

Mes amies m’ont aussi apporté leur soutien dans les moments les plus sombres de ma vie. Le fait est que je ne voulais pas vieillir. Quand j’étais déprimé, elles étaient présentes au bon moment pour me remonter le moral. Elles m’ont invité à sortir et à m’amuser. Les séances de bien-être m’ont beaucoup aidé lorsque j’étais au bord de la dépression.

Je suis aussi une adepte du shopping. Dès lors que je ne me sentais pas bien, j’appelle mes confidentes et on a programmé ensemble des séances de shopping. De retour à la maison, je me sens comme revitalisée. Dans ces instants difficiles, n’oubliez pas de vous entourer des bonnes personnes. Elles ne vous lâcheront pas quoiqu’il arrive. Vous trouverez soutien et réconfort auprès d’eux.

La chirurgie : ça ne me dit rien !

Maintenant, je me sens bien dans ma peau, je n’ai plus aucun complexe. Jusqu’à présent, je n’envisage pas de subir une intervention chirurgicale pour effacer ou alléger les effets du vieillissement et les marques du temps. Bien sûr, mes seins se sont relâchés et j’ai plutôt l’air d’une mémère. C’est tout à fait normal à mon âge. Je sais qu’une chirurgie esthétique me permettra de retrouver une poitrine pulpeuse et attirante, quoique cela requiert un investissement important. Il ne faut pas non plus oublier les risques postopératoires. J’essaie donc de me contenter de ce que j’ai.

Pour remonter et valoriser mes seins, j’investis dans des soutien-gorge adaptés même s’ils sont plus onéreux. C’est aussi le cas pour mes fesses. J’achète des boxers capables de les maintenir pour paraitre plus jeunes ! Sur le marché, j’ai vraiment l’embarras du choix. De même, je choisis avec soin mes vêtements. À l’évidence, j’assume mon âge. Mais quand même, je dois rester belle même si je vieillis. Par conséquent, il me faut des tenues à la mode et à mon goût. Pour moi, c’est le plus important. Ma fille m’accompagne souvent lorsque je fais mes courses et m’aide à choisir. Elle a plutôt bon goût et on s’aide mutuellement !

Conclusion

Si je devais faire le bilan de tout ça, je vous dirais que ce que j’ai vécu m’a ouvert les yeux. Au lieu de me tourmenter sur mon sort, je devais me concentrer sur les points positifs pour aller de l’avant. La ménopause c’est un passage obligé pour toutes les femmes. Cependant, tous ces désagréments et ces malaises ne sont que passagers. Après le tunnel vient toujours la lumière. Vous verrez, ça se passera bien.

Dans cet article, j’ai évoqué tout ce que j’ai dû endurer pendant quelques mois et j’ai cité quelques astuces qui m’ont ai aidé à passer ce cap. Je parle de moi, mais vous, avez-vous des appréhensions ? Celles qui sont déjà passées par là, n’hésitez pas à nous faire part de votre ressenti dans les commentaires.

Influence Santé
Influence Santé, le magazine qui vous aide à reprendre votre santé en mains, tous nos conseils en Naturopathie, Réflexologie, Phytothérapie, alimentation....