Alimentation

L’hyperphagie : tout savoir !

Écrit par  | 

L’hyperphagie (binge-eating disorder en anglais), aussi appelée polyphagie ou encore hyperphagie boulimique puisqu’elle est semblable à la boulimie, est un trouble du comportement alimentaire (TCA) qui implique une prise importante d’aliments sur une durée très courte. Découvrons ensemble cette maladie peu connue, ses causes et ses symptômes, les traitements disponibles, les facteurs de risque et les complications. Nous vous dirons tout !

Qu’est-ce que l’hyperphagie ?

Comme déjà précisé ci-dessus, l’hyperphagie est un trouble alimentaire qui ressemble à la boulimie. Pourquoi ? Puisqu’il s’agit d’une « maladie » qui implique la consommation d’aliments en grandes quantités que la normale, sur une période de temps très courte. C’est un trouble méconnu du grand public.

Les scientifiques indiquent qu’il y a une relation entre ce TCA et l’obésité. Chez certaines personnes, la surconsommation alimentaire peut entraîner une obésité, ou au moins un surpoids chez d’autres.

Rappelons que ce trouble concerne 3,5 de la gent féminine et 2% des hommes.

La boulimie et l’hyperphagie, quelles différences ?

Certes, la boulimie est proche de l’hyperphagie, mais il y a quelques différences entre les deux. Pour la seconde maladie, la personne n’a pas de comportement qui vise à éliminer ce qu’il a avalé. Quant à la boulimie, les spécialistes observent des comportements compensatoires, comme le vomissement, la prise de laxatif… et les périodes de restriction alimentaire.

Rappelons que la polyphagie peut provoquer un surpoids, voire une obésité.

Les causes de la hyperphagie boulimique

A l’heure que je vous écrive ces lignes, les experts indiquent que la cause exacte du trouble n’est pas connue. Toutefois, certains précisent que l’hyperphagie boulimique pourrait être liée à une atteinte affective et/ou à un dérèglement psychologique. Parmi les causes psychologiques souvent citées par les experts, je note le stress et la dépression.

Les professionnels de la santé indiquent que la polyphagie pourrait aussi être liée à l’accumulation de régimes amaigrissants. Les personnes vulnérables n’arriveraient pas à contrôler les apports alimentaires qui deviennent donc très compulsifs.

A noter que certaines femmes enceintes pourraient connaître des phases d’hyperphagie.

Les symptômes du trouble

Parmi les symptômes de ce trouble alimentaire, je cite la consommation d’aliments en grande quantité et en peu de temps, sans avoir aucune sensation physique de faim. En somme, les spécialistes indiquent que les symptômes de cette maladie sont identiques à la consommation de drogues, qui est suivie d’un sentiment de malaise et de culpabilité.

Rappelons que les personnes qui souffrent du trouble n’optent pas pour des méthodes de compensation pour contrôler leur poids, comme le vomissement ou l’hyperactivité.

hyperphagie

boulimie hyperphagie on dit STOP

Les traitements contre l’hyperphagie

Quant il s’agit d’une hyperphagie boulimique temporaire, la personne peut facilement reprendre le contrôle sur son comportement alimentaire. C’est le cas par exemple d’une personne qui vit un stress passager. Après quelques semaines, voire quelques jours, elle reviendra sans doute à une saine alimentation. Dans ce cas, il est fortement recommandé de faire des exercices sportifs trois à cinq fois par semaine pour perdre le poids accumulé.

Si le problème persiste dans le temps et que la personne n’arrive pas à contrôler son trouble alimentaire, il est indispensable de contacter un expert qui pourra nous orienter vers le bon traitement. Dans ce cas, la thérapie cognitivo-comportementale est très recommandée par les professionnels de la santé. C’est une solution très efficace pour dire au revoir à la polyphagie.

Lorsqu’il s’agit d’une crise grave, le patient est pris en charge au travers de différents moyens :

  • Un suivi alimentaire et nutritionnel ;

  • La prise en charge médicamenteuse ;

  • Et la prise en charge psychiatrique ;

Est-ce qu’il y a des facteurs de risque ?

Malheureusement, il existe certains facteurs à risque liés au développement du trouble. Je vais vous citer quelques-uns :

  • La personne peut sentir un état dépressif ou une tendance à l’anxiété ;

  • Il y a quelques troubles du comportement ;

  • Certaines personnes pourraient utiliser des substances, comme les drogues ou le tabac ;

  • Le patient pourrait avoir des perturbations psychiques et psychologiques ;

  • Etc.

Quant aux complications, ce trouble alimentaire pourrait être à l’origine de plusieurs maladies, comme le diabète, l’hypertension, le cholestérol, les problèmes cardiaques ou articulaires… ou encore les troubles digestifs, comme la mauvaise haleine et le reflux gastro-œsophagien.

Influence Santé, le magazine qui vous aide à reprendre votre santé en mains, tous nos conseils en Naturopathie, Réflexologie, Phytothérapie, alimentation....

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 3 =