Formation Aromathérapie offerte! télécharge la immédiatement

SOPK, Quelles sont les solutions naturelles ?

comment soigner sopk


EXISTE T’IL DES SOLUTIONS NATURELLES CONTRE LE SYNDROME DES OVAIRES POLYKYSTIQUES ?

Quand une amie m’a confié qu’elle souffrait de ce syndrome, je me suis beaucoup inquiétée car elle le vivait assez mal. J’étais alors toujours en formation, de ce fait, je n’avais pas assez de connaissances pour l’accompagner. J’ai donc décidé de pousser mes recherches sur ce sujet. Lorsque j’ai découvert que beaucoup de femmes arrivaient à retrouver un certain équilibre de manière naturelle, j’ai tout de suite rassuré cette amie. J’ai ainsi rassemblé diverses informations pour l’aider à retrouver, elle aussi, cet équilibre. C’est donc avec d’autant plus de plaisir que je vous partage dans cet article mes recherches pour que vous puissiez à votre tour trouver la solution naturelle qui vous conviendra.

Revenons d’abord sur ce qu’est le syndrome des ovaires polykystiques, appelé aussi plus communément SOPK.

Le SOPK est caractérisé par un dérèglement hormonal. Ce dérèglement peut être d’origine ovarienne et/ou centrale (c’est-à-dire du cerveau). C’est ce qu’on appelle aussi une pathologie endocrinienne. Celle-ci est la première cause d’infertilité chez la femme. En effet, cette maladie provoque trouble de l’ovulation, hyperandrogénie (production excessive de testostérone) et prédispose malheureusement au diabète, à l’hypertension et aux maladies cardiovasculaires. Les causes peuvent être génétiques, épigénétiques et/ou environnementales.

Aujourd’hui, il n’existe pas de traitement qui guérit le SOPK mais certains médicaments sont prescrits afin notamment de réduire le plus de symptômes. La naturopathie a, ici, toute sa place pour accompagner les femmes (sous traitements allopathiques ou non) atteintes par cette pathologie particulière.

A lire également : Plantes et tisanes naturelles pour tomber enceinte

Quelles solutions naturelles pour traiter le SOPK ?

Il s’agit avant tout de revoir son hygiène de vie globale. En effet, rappelez vous que la naturopathie recherche en priorité les causes des symptômes afin d’éviter qu’ils ne réapparaissent. En analysant votre vie, votre alimentation et votre environnement, vous en saurez plus sur ce qui pourrait causer ce déséquilibre hormonal.

Je vous invite à définir votre profil, avec ou sans votre naturopathe, afin de pouvoir envisager un protocole de suivi adapté à votre cas. Il existe, effectivement, 4 types de SOPK qui ne seront pas traité de la même manière. Ces 4 types sont :

  • L’insulino-résistant

  • Le SOPK dû à l’épuisement des surrénales

  • Le SOPK suite à l’arrêt de la pilule contraceptive

  • Le SOPK dû à une inflammation chronique

Une fois votre profil défini, vous pourrez opter pour l’une ou plusieurs des solutions suivantes (en fonction de vos symptômes) :

  1. Soutenir les émonctoires et favoriser la détoxification de l’organisme

Commencer par une détox vous aidera à assainir votre organisme. Aussi, et avec l’aide de votre naturopathe, choisissez des plantes qui soutiendront vos émonctoires. Ceux-ci et notamment le foie sont probablement encrassés par l’usage prolongé de la pilule, médicaments et/ou par une alimentation peu saine. Cette détox permettra également d’éliminer les excès d’hormones.

Il peut s’agir de la bardane ou du romarin par exemple. Enfin, grâce à cette detox, vous vous préservez également des poussées d’acné.

  1. Privilégier une alimentation anti-inflammatoire et hypotoxique

J’aurai pu commencer par ce conseil mais finalement l’un ne va pas sans l’autre. Je vous conseille donc au plus tôt de revoir votre alimentation pour gagner en qualité de vie tout d’abord mais aussi pour réduire l’inflammation et vous préserver d’éventuels syndromes métaboliques.

Je vous invite donc à :

    • Arrêter de consommer les aliments qui contiennent du lactose, du gluten, des additifs mais aussi la viande rouge, les aliments gras, les graisses frites et privilégier une alimentation riche en fruits et légumes bio (pour leurs richesses en fibres, antioxydants) et non transformés

    • Consommer très régulièrement avocats, poissons gras (sardines, maquereau, hareng), huile de lin, de noix riche en oméga 3 pour leurs vertus anti-inflammatoires

    • Veiller à avoir un bon transit et une flore intestinale équilibrée pour ne pas perturber l’équilibre hormonal justement

    • Pour maintenir un taux de glycémie stable, il convient d’arrêter les aliments raffinés (sucre, pates, farine…), l’alcool et tous les aliments néfastes au foie comme les frites, la charcuterie, les pâtisseries, le sodas… Dans le même but, consommer plutôt des aliments à indice glycémique bas (épeautre, blé semi-complet…)

 

Il est également conseiller de perdre du poids si vous êtes en surpoids. Alors oui, parfois, le SOPK rend difficile cette perte de poids, ce que je comprends tout à fait, mais n’hésitez pas à demander de l’aide pour cela auprès de votre naturopathe ou d’un autre professionnel de santé spécialisé dans la diététique. Il est en effet intéressant de noter que perdre ne serait-ce que 10% de votre poids permet d’améliorer les symptômes du SOPK (réduction de l’hyperandrogénie, amélioration de la fertilité, baisse du risque de maladies métaboliques).

Enfin, certaines plantes peuvent vous aider à soulager certaines douleurs comme le curcuma ou l’huile essentielle d’estragon. D’autres peuvent vous aider à réguler votre glycémie (cannelle) ou freiner vos envies de sucre (gymnema sylvestris).

  1. Limiter l’impact de son environnement et de son rythme de vie sur l’organisme

Je suis sûre que vous avez déjà entendu parler des perturbateurs endocriniens. Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est qu’ils peuvent être en partie responsables des symptômes du SOPK. Donc il ne faut pas prendre cela à la légère. Aussi pour limiter cet impact, je vous invite à supprimer les polluants intérieurs (produits d’entretien, parfum, emballage et ustensiles de cuisine en plastique, etc…) et extérieurs (pesticides, polluants divers, …), alimentation industrielle, cosmétiques non bios, non naturel…

Dans un second temps, si ce n’est pas déjà le cas, vous devriez reprendre une activité physique car celle-ci active le processus de détoxification et améliore la sensibilité à l’insuline. Mais attention, pas plus de 40 minutes par jour pour ne pas stimuler la production de testostérone.

Il y a un autre point très important en cas de SOPK, c’est la maîtrise du stress et de l’anxiété. En effet, apprendre à les maîtriser permet de ne pas subir la montée de cortisol qui sera faite au détriment de la progestérone. De plus, cette hausse de cortisol augmente également la glycémie et par conséquent la production d’insuline.

Pour cela, vous pouvez avoir recours à la relaxation, la cohérence cardiaque ou même aux fleurs de Bach (si la cause de votre anxiété est identifiée notamment). Le magnésium et certaines plantes comme la mélisse peuvent vous aider à vous apaiser.

Enfin, il reste les insomnies et autres troubles du sommeil à ne surtout pas sous-estimer. Le manque de sommeil peut, en effet, avoir une influence sur la production de certaines hormones mais aussi sur leur usage. Réduisez les excitants (caféine, théine et chocolat), cela vous aidera aussi à réduire votre stress. Certaines plantes comme la valériane et la passiflore peuvent vous aider à retrouver une meilleure qualité de sommeil.

Je voudrais aussi rajouter que oui, on peut envisager de réduire certains symptômes grâce à des techniques naturelles (même il ne faut pas se contenter de cela, mais bien penser à traiter le terrain avant tout). En effet, l’huile de noisette, l’argile ou l’huile essentielle de tea tree peut vous aider à traiter votre acné. Pour freiner la pousse des poils, l’huile de souchet s’avère très efficace. Enfin, l’alchémille et le gattilier peuvent vous aider à réguler votre cycle menstruel.

Toutes ces solutions ne sont pas forcément adaptées à votre cas. Aussi, il est important de voir avec votre naturopathe, quelle solution adopter en fonction de votre profil, de votre terrain et du type de SOPK dont vous souffrez. N’hésitez pas aussi à vérifier que vous ne manquez pas de vitamines et minéraux (notamment vitamine D, magnésium, …)

Il ne serait pas prudent de vous lancer seule dans un protocole sans cette vérification et en sachant que beaucoup de plantes notamment peuvent entrer en interactions avec certains médicaments et avoir des effets néfastes sur votre santé.

formation gratuite aromathérapie

Zahra Naturopathe
Vous pouvez me retrouver sur mon site : www.naturopathieauquotidien.fr Insta: naturopathie.au.quotidien