Naturopathie

Endométriose et alimentation : 4 clefs pour soulager les douleurs

Écrit par  | 

L’endométriose est une maladie chronique inflammatoire de la sphère gynécologique qui concerne 1 femme sur 10. Qui dit inflammatoire, dit douleurs. Et en effet, la principale difficulté rencontrée par les femmes touchées par l’endométriose, ce sont les douleurs. Ces douleurs sont présentes dans le bas ventre, le bas du dos mais aussi les jambes voire ailleurs. Elles peuvent apparaître quelques jours avant les règles, être présentes pendant les règles et pour certaines, la douleur fait partie de leur quotidien. Ces douleurs sont d’une telle intensité que la prise de médicaments antalgiques ou anti-inflammatoires est indispensable pour mener à bien la journée.

Ces médicaments sont certes nécessaires en cas d’urgence pour calmer les douleurs et reprendre vie. Mais on n’est pas obligée de prendre ces médicaments à chaque fois. Il existe des options naturelles et durables qui permettent de réduire l’inflammation et ainsi les douleurs sur le long terme. « Que l’alimentation soit ton seul médicament » disait Hippocrate, père fondateur de la médecine occidentale, au Vème siècle avant J.C. Cela est toujours valable de nos jours.

Et pour illustrer cela dans le cas de l’endométriose, je vous propose de découvrir 4 clefs majeures pour réduire les douleurs inflammatoires grâce à l’alimentation.

 

1/ Limiter sa consommation de sucres raffinés

Les sucres raffinés sont omniprésents dans notre alimentation occidentale et industrielle. Ils sont hautement addictifs et ils contribuent grandement à entretenir le processus inflammatoire. C’est pourquoi il est important de faire le point sur cette consommation, de prendre conscience de sa présence dans notre assiette pour ensuite commencer à la limiter.

Les sucres raffinés, aussi appelés sucres rapides ou simples – sont un aliment industriel qui a un goût sucré. Comme par exemple le sucre blanc, les biscuits industriels et les sucreries (bonbons, sirop, confiture, soda, etc.). Mais les sucres raffinés se cachent aussi dans nos préparations salées. Les pâtes blanches de blé, le riz blanc, le pain blanc, la pâte à tarte industrielle ou la pâte à pizza sont aussi des aliments contenant ses sucres raffinés.

Vous vous demandez ce que vous pouvez alors manger ?! Je vous invite à découvrir une alimentation demi-complète ou complète (suivant votre tolérance) dans laquelle vous retrouvez des aliments comme le riz, le sarrasin, le millet, le quinoa, la patate douce ou la châtaigne.

 

2/ Introduire des huiles de qualité

 

Le gras, c’est la vie ! …Oui, mais quand il est de qualité. Il s’agit pour cela de faire la distinction entre les huiles raffinées et les huiles vierges. Les huiles raffinées ont une action pro-inflammatoire c’est- à- dire qu’elles vont entretenir l’inflammation. Ce sont généralement celles que l’on trouve dans des bouteilles en plastique à des prix très bas avec parfois une appellation de type « huile végétale ». Ces huiles raffinées ont subi un processus d’extraction qui lui fait perdre toutes ses propriétés nutritives. Elles deviennent alors des calories vides de nutriments. Ce sont pourtant ces nutriments qui sont bénéfiques pour notre organisme : vitamine E, oméga-3, oméga-6, oméga-9. Les huiles de qualité n’ont pas subi toutes ces transformations : elles ont été extraites à froid. On les retrouve sous l’appellation « huile vierge de… », « extraite à froid » ou « première pression à froid ». S’il n’y a pas ces mentions, c’est que l’huile est raffinée.

 

3/ Évincer la charcuterie et la viande rouge

 

 

Le Centre international de Recherche sur le Cancer a classé la viande rouge (bœuf, veau, porc, agneau, mouton) comme probablement cancérogène et la viande transformée, autrement dit la charcuterie (saucisson, saucisses, jambon, etc.) comme cancérogène. Et ces catégories d’aliments ont aussi une action pro-inflammatoire dans l’organisme. Cela fait deux bonnes raisons de les mettre de côté ou pour les plus accro de se limiter à une fois par semaine.

Les viandes à préférer pour limiter l’inflammation vont être les viandes blanches comme le poulet ou le canard. Pensez aussi à introduire davantage de poissons dans votre assiette et notamment les petits poissons gras comme les sardines ou le maquereau. Et enfin, les protéines animales ne sont pas les seules sources de protéines. La grande famille des légumineuses (lentilles, haricots rouges, pois chiches, fèves, etc.) et des oléagineux (amande, noisette, noix, etc.) sont aussi d’excellente source de protéines.

 

4/ Miser sur des micro-nutriments

 

 

Pour contrer l’inflammation, l’organisme a besoin de vitamines et minéraux en grande quantité. Les nutriments phares à toujours avoir en belle quantité dans l’assiette sont le magnésium, le zinc, le sélénium, la vitamine E et la vitamine D. Ce sont eux qui amènent des nutriments de qualité. L’alimentation anti-inflammatoire ne se base pas sur le nombre de calories dans l’assiette mais plutôt sur la qualité nutritive des produits. Par exemple, les oléagineux apportent du magnésium et sélénium en belle quantité, les céréales complètes et légumes verts amènent du zinc et du magnésium, les sardines et les œufs (au jaune cru) fournissent de la vitamine D et E.

Ainsi réduire sa consommation de sucres raffinés, intégrer des huiles vierges dans son assiette, mettre de côté la charcuterie et la viande rouge et mise sur des micro-nutriments spécifiques sont véritablement les 4 clefs indispensables pour mieux vivre avec l’endométriose.

Je vous invite à aller progressivement dans la mise en place de ces changements alimentaires et sans vous créer de frustration pour que cela puisse tenir dans le temps. Car c’est bel et bien indispensable d’être endurant dans ce type de changement pour avoir des résultats. D’expérience, ils apportent toujours un mieux-être. Alors je vous encourage vivement à réfléchir à ces options !

Si vous avez envie d’aller plus loin car vous en avez marre de prendre des médicaments à chaque crise de douleur et que vous sentez que vous avez besoin d’être accompagnée pour la mise en place de changements aussi bien dans votre alimentation que votre hygiène de vie, je suis à votre disposition pour échanger.

 

Aline Demolin.

J’accompagne les femmes souffrant d’endométriose et de règles douloureuses à réduire leurs douleurs et gagner en vitalité par des méthodes naturelles (en complément d’un suivi médical)

Site internet : www.aline-demolin.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/aline.demolin.naturo

Compte Instagram : @naturoauxfourneaux

J'accompagne les femmes souffrant d’endométriose et de règles douloureuses à réduire leurs douleurs et gagner en vitalité par des méthodes naturelles (en complément d’un suivi médical)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 − 13 =