Formation Aromathérapie offerte! télécharge la immédiatement

Comment débloquer son diaphragme ?

Comment débloquer son diaphragme ?

Le diaphragme est une membrane, plus précisément un muscle qui se contracte des milliers de fois par jour. Il sépare le thorax et la cavité abdominale et interagit avec plusieurs organes : les poumons, l’œsophage, le cœur, l’estomac, la rate, le foie, le pancréas, le colon et les reins.

Le diaphragme : c’est quoi au juste ?

Doté de plusieurs orifices naturels assurant le passage d’organe ou de vaisseaux d’une cavité à une autre, il prend la forme d’un dôme avec deux coupoles asymétriques. En se contractant, le diaphragme augmente le diamètre du thorax et abaisse le centre phrénique. Sa fonction est essentielle dans le mécanisme de la respiration. Le tendon central est le centre tendineux du diaphragme. Dans la journée, le diaphragme se contracte jusqu’à 24 000 fois pour assurer la bonne stabilité du tronc. Il est même à l’origine du hoquet.

Le diaphragme permet de stabiliser la colonne vertébrale en se contractant et aide à la digestion. En fait, ce muscle facilite le passage des aliments dans l’estomac et évite le reflux. Lorsque la pression dans l’abdomen est élevée, cela peut favoriser la défécation.

Le diaphragme a aussi un rôle physiologique dans la ventilation pulmonaire. En se contractant, il assure l’expansion de la cage thoracique et entraîne une inspiration. Puis en se décontractant, il aide l’individu à expirer. En bref, sa fonction est vitale : permettre à l’organisme de recharger le sang en oxygène.

Il est également relié au sternum, aux vertèbres lombaires et aux cotes. Étant en lien direct avec plusieurs organes vitaux du corps humain, un dysfonctionnement peut causer des troubles sur la mobilité d’un individu. En effet, la contraction permet de mobiliser l’ensemble des articulations au quotidien. Ce qui permet d’éviter les raideurs et les contractures pouvant occasionner des douleurs. Enfin, puisque les organes de l’abdomen ou du thorax changent régulièrement de position à chaque expiration et inspiration, cela permet de favoriser les apports artériels indispensables au bon fonctionnement de certains organes et le drainage veineux.

Quels sont les différents types de diaphragmes ?

On distingue quatre types de diaphragmes :

Le diaphragme thoraco-abdominal

C’est certainement le diaphragme le plus connu. C’est aussi le centre de notre sujet d’aujourd’hui. Il est composé de centres fibreux. Le fonctionnement est optimal grâce à une répartition harmonieuse des tensions entre les muscles. De la sorte, il faudrait procéder à l’équilibre du diaphragme pelvien avant de vérifier celui du diaphragme thoraco-abdominal.

Le diaphragme palatin ou cranio-pharyngien

Il est constitué par des membranes dans le crâne. Il est formé par plusieurs éléments : la tente du cervelet, les muscles de la langue et du plancher buccal, les prolongements constituant le voile du palais et la voûte palatine et les prolongements aux apophyses ptérygoïdes. Il remplit les mêmes fonctions que le diaphragme thoraco-abdominal. Néanmoins, ce dernier joue un rôle important dans le drainage des structures crâniennes et l’équilibre du rachis cervical. On tient à noter que son équilibre est interdépendant avec les autres diaphragmes du corps humain.

 

Le diaphragme pelvien

Constitué de l’ensemble musculo-aponévrotique du plancher pelvien et de la ceinture chondro-osseuse pelvienne, il a pour rôle de soutenir les organes pelviens et de maintenir la statique du bassin. Son équilibre dépend également des autres diaphragmes.

Le plancher pelvien comprend les muscles releveurs de l’anus, les traverses du périnée, l’ischio-coccygiens, le noyau fibreux central et les aponévroses. La ceinture pelvienne quant à elle est composée de la symphyse pubienne, du coccyx, du sacrum et des iliaques. Pour les équilibrer, il faudrait que les iliaques soient alignées. C’est principalement le rôle de l’ostéopathe.

 

Le diaphragme cervico-thoracique

Il comprend les structures osseuses et musculo-aponévrotiques de la ceinture scapulaire, notamment les grands dorsaux, les trapèzes, les angulaires, les subscapulaires, les rhomboïdes, les muscles sterno-cléido-occipito-mastoïdiens, les scalènes et même les pectoraux en avant. Son équilibre dépend principalement de celui de la ceinture pelvienne et du diaphragme thoraco-abdominal.

Diaphragme et grossesse : quels sont les risques ?

Pendant la grossesse, il n’est pas rare d’entendre les femmes se plaindre d’une douleur au diaphragme. La raison ? Le corps change. Voilà pourquoi il faudrait surveiller de très près toutes formes d’anomalies si vous êtes enceinte. Au dernier trimestre, l’utérus comprime de plus en plus le diaphragme et l’essoufflement est de plus en plus courant suite à la diminution du volume de la cage thoracique. Cependant, il faudrait avoir un diaphragme souple pour faciliter l’accouchement. S’il est bloqué ou crispé, il risque de mettre l’utérus sous tension. De même, après la naissance du bébé, la pression abdominale retombe et dans la plupart des cas, le diaphragme n’arrive pas à retrouver sa tonicité. Ce qui réduit la fonctionnalité de certains organes.

Pour écarter tous risques de complication, il faudrait consulter un professionnel de santé rapidement. Il est le mieux placé pour vous recommander des spécialistes habilités afin de débloquer le diaphragme. Parfois, pour retrouver le tonus, quelques exercices de respiration suffisent. Sinon, il peut aussi être envisageable de consulter un ostéopathe pour résoudre le problème rapidement.

Dysfonctionnement du diaphragme : quels sont les symptômes ?

Le dysfonctionnement du diaphragme peut être la source de nombreux troubles, notamment :

  • Les troubles digestifs comme la sensation de lourdeur, les douleurs abdominales, le ballonnement… car le transit est perturbé
  • Les sensations d’oppression dans le thorax engendrant des palpitations, des malaises, des difficultés respiratoires et bien d’autres encore
  • Les sensations de nœud à l’estomac (qui peut s’étendre jusqu’à la colonne vertébrale), de poids sur le ventre et de nausée
  • Un dérèglement du système neurovégétatif
  • Les douleurs articulaires au niveau de la colonne vertébrale
  • Un dysfonctionnement du périnée
  • Un retour veineux déficient qui peut causer le gonflement des membres inférieurs
  • Un problème au niveau du périnée dû à la pression continue diaphragmatique pouvant causer une incontinence urinaire, un dysfonctionnement sexuel ainsi que des douleurs vaginales et pelviennes
  • Une hernie hiatale et une sensation de brûlures rétrosternales
  • Une fatigue chronique
  • Des troubles du sommeil
  • Une descente d’organe
  • Une digestion difficile
  • Un dos vouté ou une modification de la posture. Cela est dû à une expiration du CO2 incomplète et même une émotivité exacerbée.

En tout cas, cette liste est non exhaustive. Ce qu’on peut déduire, c’est que le diaphragme est vital pour le bon fonctionnement de l’organisme. Il faudrait aussi être vigilant, car certains symptômes peuvent entrainer des pathologies graves sur le moyen et long terme.

Diaphragme bloqué, contracté ou spasmé : quelles sont les causes ?

Le hoquet est souvent dû à une brusque contraction involontaire du diaphragme. Un diaphragme bloqué, spasmé ou contracté peut être causé par un choc émotionnel (perte d’un être cher, accident, etc.) ou un choc physique (traumatisme sur le thorax, chute sur le dos, coup pris au niveau du ventre ou au niveau des vertèbres lombaires, etc.). Mais d’autres paramètres peuvent aussi favoriser le dysfonctionnement de ce muscle :

  • Le stress, le burn-out et le surmenage
  • L’anxiété et la nervosité
  • La mauvaise posture (debout ou assise)
  • Les activités physiques répétées en apnée
  • Les périnées trop distendus
  • Les troubles digestifs (flux gastro-œsophagiens ou RGO par exemple)
  • Les sangles abdominales insuffisantes et bien d’autres encore.

Dans ces cas, le diaphragme reste en position courte. L’individu aura alors la sensation d’avoir un nœud au ventre. Que faire alors pour y remédier ?

 

Comment réapprendre à rééquilibrer le diaphragme via la respiration ?

Il est très important de réapprendre à respirer pour débloquer le diaphragme. L’objectif est de rééduquer l’organe à se contracter et à se décontracter avec plus d’aisance. On distingue trois formes de respiration :

  • La respiration thoracique
  • La respiration abdominale
  • La respiration diaphragmatique.

Les deux premières formes de respiration utilisent les muscles respiratoires. À la longue, elles risquent de fatiguer l’organisme. De même, le diaphragme seul ne permet pas de respirer efficacement. Il est alors nécessaire d’utiliser tous les muscles pour obtenir un meilleur résultat. En tout cas, la respiration peut vous aider à rétablir l’équilibre.

L’objectif est de mettre au repos le système sympathique en réalisant une respiration ventrale. De la sorte, respirez en laissant au thorax et à l’abdomen suivre le mouvement naturellement. Lorsque vous expirez, relâchez votre diaphragme et décomprimez l’abdomen. C’est d’ailleurs un excellent moyen pour faciliter la digestion. La marche afghane peut aussi être une bonne idée. La respiration est synchronisée au rythme des pas. Vous devez donc apprendre à contrôler votre respiration pour rester calme en toute circonstance.

Pour les sportifs, il est très important de muscler le diaphragme pour améliorer les performances physiques et la concentration. Les exercices de respiration abdominale sont excellents pour libérer le diaphragme. Il suffit de poser sur l’abdomen un poids léger (ballon ou sac de sable) pour augmenter le travail diaphragmatique.

apprendre à respirer

 

L’alimentation : un élément à surveiller ?

Lorsqu’on parle de diaphragme, l’alimentation joue un rôle important. En effet, en mangeant des aliments sains et équilibrés, vous pouvez maintenir un poids santé, booster votre énergie et aider le système immunitaire à combattre les infections.

Lorsque vous êtes à table, asseyez-vous en gardant le dos bien droit pour minimiser la pression sur les poumons. Sachez également que l’estomac exerce une pression sur le diaphragme lorsqu’il est plein. La respiration devient alors plus difficile. Si cela se produit régulièrement, prenez des repas en petite quantité et plus fréquemment. Par exemple, au lieu de prendre des plats copieux 3 fois dans la journée, optez plutôt pour des repas légers 6 fois par jour.

Par ailleurs, le sel favorise le ballonnement et la rétention de liquide. C’est pourquoi les professionnels de la nutrition recommandent des aliments pauvres en sel. Le surpoids peut aussi nuire au diaphragme, car l’excès de graisse abdominale exerce une pression sur les muscles et rend la respiration plus complexe. Ainsi, il vaut mieux garder un poids adéquat et éviter les aliments et boissons hypercaloriques.

En revanche, si vous avez un poids insuffisant, prenez des collations nutritives et hypercaloriques : fromage, barres céréalières, œufs durs, etc. En revanche, bannissez les collations à calories vides qui peuvent vous faire prendre des kilos inutilement. Un excès de graisse abdominale n’est pas bon pour le diaphragme. Les croustilles, les boissons gazeuses et les friandises sont à éviter à tout prix.

Débloquer le diaphragme via des exercices : comment procéder ?

D’abord, il est conseillé de faire des étirements à la maison. Dans ce cas, mettez-vous en position debout et écartez les pieds. Gardez les épaules basses en laissant les bras le long du corps et en collant les coudes aux cotes. Ensuite, inspirez par le nez tout en levant les bras bien haut au-dessus de la tête. Puis, expirez par la bouche tout en redescendant les bras. Il est recommandé de refaire cet exercice 15 fois par jour en gardant la tête bien droite. En outre, le chant est bon pour le moral, mais aussi pour la sangle abdominale. Vous pouvez pratiquer cette activité en groupe ou en solo afin de renforcer et de stimuler le diaphragme.

L’exercice de cohérence cardiaque peut aussi être une bonne alternative. Pour ce faire, mettez-vous en position assise et fermez les yeux. Respirez profondément en veillant à ne pas dépasser 6 cycles par minutes : inspirez par le nez pendant 5 secondes et expirez par la bouche pendant 5 secondes. Recommencez pendant 5 minutes cet exercice et répétez 3 fois dans la journée.

Comment et pourquoi masser le diaphragme ?

Il existe un autre moyen efficace pour libérer le diaphragme : le massage. Cette méthode permet d’enlever toutes les tensions accumulées, de faciliter la détente, la digestion et l’oxygénation. L’idéal, c’est d’utiliser des huiles essentielles, car elles sont bénéfiques pour la peau et les muscles. D’ailleurs, il est possible de réaliser le massage vous-même. Néanmoins, il est plus judicieux de faire appel à un spécialiste du domaine pour un résultat optimal.

Si vous préférez réaliser vous-même l’intervention, il faudrait vous focaliser sur le creux situé en haut du ventre, sur les points d’intersection du muscle, sous les côtes et au niveau de la colonne vertébrale. Ensuite, versez quelques gouttes d’huile essentielle de camomille ou de lavande sur les zones prédéfinies et massez doucement en effectuant des mouvements circulaires. N’oubliez pas de respirer profondément.

La technique du « ballon de tennis » a aussi le vent en poupe. Le principe consiste à s’allonger sur le dos et se munir d’une balle de tennis qu’il faudrait rouler sur le dos. Cette méthode permet de stimuler les muscles paravertébraux et favoriser le relâchement musculaire.

Le yoga est-il efficace pour débloquer le diaphragme ?

Bien sûr. Le yoga est un bon moyen pour remédier à un diaphragme contracté. Il intervient à différents niveaux.

Les positions

C’est par exemple le cas du yoga « asanas ». La position favorise le relâchement musculaire en massant les organes internes. Ce qui contribue à l’amélioration de leurs fonctions et l’adoption d’une meilleure posture. Contrairement aux massages classiques, elle permet d’atteindre même les muscles inaccessibles.

Les respirations

Grâce au yoga, vous apprendrez à maîtriser votre souffle et à respirer convenablement. D’ailleurs, les cycles respiratoires sont optimisés pour garantir une respiration normale. En bref, votre respiration sera plus fluide. Ce qui favorise le lâcher-prise.

La méditation

Voilà un autre aspect du yoga. Cette discipline est en effet recommandée aux personnes souhaitant apprendre à méditer et à améliorer leur concentration. Pendant la pratique, vous allez rééquilibrer votre corps et votre esprit et relâcher toutes les tensions internes afin de débloquer le diaphragme.

 

Et si vous changez votre habitude pour aider votre diaphragme ?

Les personnes qui ont vécu des situations douloureuses dans le passé ont tendance à avoir un esprit négatif. Elles manquent également de confiance en elles et sont souvent anxieuses, stressées et crispées. Pourtant, ces traumatismes auront un impact direct sur le diaphragme. Au fil du temps, il risque de se bloquer.

Pour mieux respirer, il faudrait avant tout vous libérer du stress et de l’anxiété. Même si vous vivez des moments difficiles, apprenez à positiver et évitez de vous focaliser sur vos soucis. Prenez du temps pour vous amuser et sortir avec vos proches. La routine peut d’ailleurs avoir un effet néfaste sur le moral. Donc, si possible, offrez-vous des vacances et profitez du moment présent, notamment lorsque vous êtes au bord d’une crise de nerfs. Cela est bénéfique pour vous, mais aussi pour votre diaphragme.

En outre, pratiquez du sport, c’est bon pour la santé et le moral. Pour booster votre motivation, sélectionnez une discipline qui vous plaît réellement : natation, vélo, etc. Si vous manquez de temps, abonnez-vous dans une salle de gym. Un coach est généralement à votre disposition pour vous accompagner jusqu’à l’atteinte de votre objectif.

 

Peut-on débloquer le diaphragme en recourant à l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une forme de médecine douce très efficace pour traiter de nombreuses pathologies. Le praticien réalise des manipulations douces et ciblées pour soigner un patient. Il possède également toutes les qualifications nécessaires pour débloquer le diaphragme en libérant les muscles et en redynamisant la cage thoracique, principalement le sternum.

Dans le cas d’un diaphragme crispé, le rôle de l’ostéopathe est de déterminer la cause afin qu’il puisse lui rendre sa souplesse. Pour cela, il sera amené à réaliser des manipulations afin de rechercher les tensions existantes. Puis, grâce à des gestes doux, il va les éliminer afin de rééquilibrer la compression entre le thorax et l’abdomen. Dans tous les cas, il aura pour objectif de rétablir l’équilibre général du corps. À l’issue de la séance, vous ressentirez une sensation de bien-être et de détente intense.

Pour conserver les effets, le praticien vous donnera une liste des différents exercices de respiration à reproduire chez vous tous les jours. Ils sont très efficaces pour évacuer le stress et booster votre résistance aux maladies. Quoi qu’il en soit, même si vous vous portez bien, il est fortement recommandé de consulter un ostéopathe une à deux fois par an pour rendre sa souplesse à votre diaphragme.

Quels sont les avantages de consulter un ostéopathe ?

Seul un ostéopathe est apte à agir sur les différentes structures en lien avec votre diaphragme, notamment sur trois éléments :

La cage thoracique

Les techniques utilisées sont spécifiques pour redonner du tonus au diaphragme. Le praticien va concentrer sur le sternum et les côtes pour relâcher les tensions et redonner la mobilité des zones. En équilibrant les pressions entre la cavité abdominale et la cage thoracique, la faculté respiratoire de l’individu sera nettement améliorée.

Les vertèbres lombaires

Un blocage de la lombaire peut engendrer une tension diaphragmatique. L’ostéopathe veillera donc à mobiliser cette zone et à détendre les attaches musculaires environnantes pour apaiser les douleurs.

Le stress

Savez-vous que les traumatismes émotionnels peuvent se loger au niveau du diaphragme ? Pourtant, cela peut bloquer les muscles. Et le stress ne fait qu’aggraver la situation puisqu’il entraîne un déséquilibre du système nerveux autonome. Votre ostéopathe aura alors pour objectif de vous aider à retrouver une mobilité optimale du diaphragme.

De toute façon, outre les avantages cités, les séances en ostéopathie permettent également de se détendre et de favoriser le bien-être. S’il détecte d’autres dysfonctionnements, il peut vous recommander d’autres séances pour les traiter ou vous orienter vers un autre spécialiste si la maladie sort de son domaine de compétence.

 

Comment bien choisir son ostéopathe ?

En France, on peut compter plusieurs milliers d’ostéopathes. Pour bénéficier d’un soin de qualité, il faudrait choisir un praticien qualifié et expérimenté. Pour en trouver, parcourez les annuaires spécialisés. Ceux qui appartiennent à des groupements professionnels sont plus fiables, car pour les intégrer il faudrait disposer d’un minimum de compétence et justifier d’une formation complète.

Prenez aussi la peine de vérifier son e-réputation. En ligne, vous pouvez accéder facilement aux témoignages des internautes sur les différents praticiens dans votre région. Ils pourront vous indiquer les meilleures adresses. Le prix est également un paramètre à surveiller. Une consultation coûte environ 50 euros. Toutefois, la différence peut être plus ou moins importante selon les villes. À Paris par exemple, le prix peut s’élever à 70 euros ou plus. En revanche, dans les villes rurales, le prix d’une séance peut varier aux alentours de 30 euros. Dans tous les cas, faites toujours une comparaison avant de fixer un rendez-vous et méfiez-vous des prix trop bas ou trop élevés, il peut y avoir anguille sous roche.

Attention ! La consultation d’ostéopathie n’est pas remboursée par la Sécurité sociale, sauf si le praticien est un « médecin ». Par contre, certaines mutuelles peuvent prendre en charge une partie ou la totalité des frais.

Influence Santé
Influence Santé, le magazine qui vous aide à reprendre votre santé en mains, tous nos conseils en Naturopathie, Réflexologie, Phytothérapie, alimentation....